Upgrade to Pro — share decks privately, control downloads, hide ads and more …

Les défis proposés par l'évaluation de l'aléa sismique dans les régions continentales stables

0f828d1e52998fda294448484de2e409?s=47 @Résif
September 27, 2016

Les défis proposés par l'évaluation de l'aléa sismique dans les régions continentales stables

Présentation de Thierry Camelbeeck (Royal Observatory of Belgium) au 1er Workshop Résif "Aléa sismique" | 27 et 28 septembre 2016, Strasbourg

0f828d1e52998fda294448484de2e409?s=128

@Résif

September 27, 2016
Tweet

Transcript

  1. Quelques défis posés par l’évaluation de l’aléa sismique dans les

    régions continentales stables Thierry Camelbeeck1 , Kris Vanneste1, Bart Vleminckx1 & Seth Stein2 1 Royal Observatory of Belgium 2 Northwestern University, Evanston, USA
  2. Probabilistic Seismic Hazard Assessment STEP 3 : Definition of the

    GMPEs STEP 4 : Calculation of the probability for a given ground-motion STEP 1 : Definition of Seismic sources STEP 2: activity in the seismic zones Mmax Dimensions?
  3. (1) La magnitude maximale observée dans une zone source n’est

    pas un bon estimateur de Mmax
  4. Paleoearthquake on the Geleen fault • Displacement: 0.5 m -

    1 m • Age (2σ): 1809 – 731 BC (14C), 1485 – 105 BC (OSL) • Rupture length: 12-15 km (2 segments) or 28 km (1 segment) • Magnitude: MW =6.3 – 6.7 Camelbeeck et al. , GSA Special paper 425 (2007)
  5. Lower Rhine Graben fault model Vanneste et al. , Bulletin

    Seismological Society of America (2013) Largest “credible” rupture length: Erft/Swist fault (Germany): 55 km  MW =7.1 Erft / Swist fault
  6. Mmax in the LRG

  7. Histograms of “observed” Mmax Mmax 6.5 Mmax 6.8 Mmax 7.1

    700 yr 10,000 yr 100,000 yr
  8. Analyse des catalogues synthétiques - Pour une durée de catalogue

    de 700 ans, les magnitudes maximales les plus observées sont entre 5.7 et 6.1 (avec un léger accroissement avec Mmax) et la probabilité d’observer Mmax est très faible. - Si Mmax = 7.1, il y a 50% de chance de sous-estimer cette valeur par plus d’une unité de magnitude.
  9. Mean hazard maps for PGA 475 yr 2475 yr 10

    kyr Mmax = 5.7 Mmax = 6.7 Mmax = 7.3 + 27 % + 5 % + 27 % + 7 % + 28 % + 8 %
  10. (2) Un Mmax unique pour toutes les régions continentales stables

    ?
  11. Etant donné la durée limitée des catalogues dans la plupart

    des SCRs, une valeur uniforme globale de Mmax à 7.9 ne peut être exclue – cette valeur peut être modulée à la baisse parce que les magnitudes les plus grandes observées peuvent être débattues. Vanneste et al., Seismological Research Letters, 2016
  12. Implications pour le PSHA? • Our results do not invalidate

    the Bayesian approach, but indicate that other explanations may be possible for the observed superdomain Mmax distribution used to derive a global prior distribution on Mmax. • In PSHA, a model with a single uniform Mmax value of 7.9 could define an alternative branch in the logic tree for Mmax, alongside branches based on one or more global priors. • However, extending Gutenberg-Richter MFDs of individual distributed- seismicity sources to such high magnitudes should be done cautiously! – Some area sources may be too small for such large magnitudes or contain too few earthquakes to reliably establish an MFD. – Options could include increasing the size of area sources or truncating source MFDs at an appropriate threshold magnitude, and including a background source accounting for magnitudes between this threshold magnitude and Mmax.
  13. (3) Un Mmax unique pour le territoire français ou certaines

    régions de France? Réaliser le même type d’analyse!
  14. Manchuel et al., in preparation

  15. (4) Quel est l’apport potentiel des données paléosismologiques et géologiques

    au PSHA – comment les intégrer dans une analyse cohérente ?
  16. Calais et al., Geophysical Research Letters, 2016

  17. Proposition - Intégrer les observations paléosismologiques et des grands tremblements

    de terre historiques à l’échelle de la planète - Subdivision en différents domaines tectoniques stables basés sur la présence de perturbations transitoires des contraintes, l’histoire tectonique [nombre d’épisodes] et les dimensions respectives des zones de failles et des perturbations - Classifier les zones sources en France suivant un schéma similaire
  18. (5) Vérification: l’algorithme utilisé pour calculer les cartes d’aléa implémente-t-il

    le modèle conceptuel de PSHA?
  19. - Many earthquake histories yield shaking consistent with forecast, with

    a scatter about this value that decreases as t/T increases. - Median results are somewhat lower than predicted for small values of t/T and approach the predicted value for larger values of t/T. Result (1000 samples)
  20. (6) Validation: le modèle prédit il correctement les mouvements du

    sol qui se produisent réellement?
  21. None
  22. Merci de votre attention

  23. Zones sources: territoire bien défini sur lequel la probabilité d’occurrence

    des tremblements de terre est identique en tout point de sa surface bien définies du territoire et y est définie par une distribution fréquence- magnitude [loi de Gutenberg-Richter] calculée à partir de l’activité sismique observée. Mmax est la valeur de magnitude maximale à partir de laquelle cette distribution magnitude-fréquence des tremblements de terre est tronquée. Mmax est donc considéré comme équivalent à la plus grande valeur de magnitude de tremblement de terre présumée possible dans une zone source particulière.
  24. Bayesian Mmax approach in PSHA • In many SCR regions,

    n is small, so posterior mostly determined by prior. Hence the importance of the prior. (USNRC, 2012) n small