Upgrade to Pro — share decks privately, control downloads, hide ads and more …

Anesthésie locale en cimentoplastie N.Amoretti

02a9977d1d0662421ee64fc05f765281?s=47 journeevertebro
June 17, 2013
110

Anesthésie locale en cimentoplastie N.Amoretti

10H28-10H36 Anesthésie locale en cimentoplastie N.Amoretti

02a9977d1d0662421ee64fc05f765281?s=128

journeevertebro

June 17, 2013
Tweet

Transcript

  1. N. Amoretti, A. Fontaine 06/02/2010 CHU de Nice

  2.  Les interventions mini invasives du rachis ont connu un

    immense essor cette dernière décennie avec un nombre croissant de procédures élaborées en alternative à la chirurgie conventionnelle ou au traitement conservateur classique.  Le terme de « mini invasivité » prend sa véritable signification lorsque l'intervention est associée à une anesthésie locale efficace et bien tolérée  évite l'anesthésie générale et ses complications.
  3.  L’AL permet aux patients fragiles jusqu'alors contre-indiqués à l’anesthésie

    générale d’avoir accès aux procédures micro-invasives:  patients âges  patients dont le pronostic vital a court ou moyen terme est mauvais  ratio bénéfice risque d’une intervention invasive à but antalgique ou fonctionnel restant peu élevé .
  4.  La maitrise de l’anesthésie locale dans les interventions mini

    invasives du rachis impose une parfaite connaissance des molécules utilisées en terme de :  pharmacocinétique,  techniques d'injection,  contre-indications,  prévention des effets secondaires,  gestion des éventuelles complications.
  5.  Les ingrédients  Le matériel  La recette 

    La connaissance des aléas
  6. None
  7.  Délai d’installation bref  Durée d’action longue pour l’analgésie

    post-opératoire  Efficacité reproductible pour tous les patients  Faible cardiotoxicité
  8. None
  9. None
  10. None
  11.  L’utilisation optimale des produits anesthésiant ne peut se faire

    sans un matériel adapté.  Le meilleur matériel et la meilleure méthode étant ceux que le praticien maitrise.
  12.  Chronomètre  Aiguille fine 24G  Aiguille spinale Yale

    ® 22G 8,9 cm  Aiguille Shiba® 20 G ou 22 , 15 et 20cm  Trocart de vertébroplastie biseauté et biopsie perforé guidé  Kit de vertébroplastie ou de kyphoplastie
  13. Trocarts de biopsie et vertebroplastie guidée ( Thiebaud T’AM ®

    13G 1
  14. None
  15. None
  16. Systématique, établie par le service de réanimation :  Perfusion

    sur 15 minutes de Perfalgan® 1g puis 100 ml de sérum physiologique contenant Anzamet ® 12,5 mg une ampoule , Contramal® 100 mg une ampoule.  30 minutes avant l’installation du patient en salle de radiologie interventionnelle.
  17.  Injection sous-cutanée de lidocaine à l’aide d’une aiguille 23

    G à la seringue luer lock au niveau d’entrée après repérage scanner ou scopique.  Environ 3cc sont injectés, 3 minutes suffisent à obtenir une analgésie satisfaisante. Cette injection sert de dose test.  Pendant ces 3 minutes nous préparons le matériel
  18. None
  19.  Comme pour toute anesthésie locale, une aspiration soigneuse avant

    et pendant l'injection est recommandée en vue de prévenir toute injection intravasculaire.
  20.  Les injections sont fractionnés pour une meilleure tolérance à

    des moments de l’intervention très précis :
  21.  Injection de 3cc de xylocaine 1% en sous cutanée

    sur le point d’entrée pré-établi par le repérage radio-guidé  Attente de 3 minutes pour l’installation de l’analgésie sous cutanée.
  22.  -3cc de xylocaine 1% injecté progressivement jusqu’au contact périosté

    à l’aide de l’aiguille chiba guide 20 gauges 20 cm.
  23.  Utilisation de l’aiguille chiba comme guide par section de

    sa portion proximale.
  24.  un contrôle scanner confirme le bon positionnement de l'aiguille

    et sa bonne orientation
  25. None
  26.  L’introduction du trocart dans l’os se fera progressivement avec

    une instillation de xylocaine (environ 1 à 2 cc) en cas de douleur, l’injection se faisant à l’aide de l’aiguille Chiba dans le
  27. None
  28. None
  29. En cas de douleur: Injection de quelques ml de xylocaine

    au niveau de l’orifice au fur et à mesure de la progression du trocart
  30.  Un contrôle par fluoroscanner confirme le parfait positionnement du

    trocart 11g (selon celui prédétermine par l'aiguille 20g)
  31.  Un contrôle par fluoroscanner confirme le parfait positionnement du

    trocart 11g (selon celui prédétermine par l'aiguille 20g)
  32.  Un contrôle par fluoroscanner confirme le parfait positionnement du

    trocart 11g (selon celui prédétermine par l'aiguille 20g)
  33.  La biopsie pourra être réalisée à l’aide de la

    canule coaxiale.
  34.  Une fois l’extrémité en place 2 cc de xylocaine

    1% sont injectés lentement dans le corps vertébral pour anesthésier l’injection du ciment ou la dilatation du ballon.
  35.  Nous réalisons délicatement un mouvement circulaire pour élargir le

    point d’introduction pédiculaire afin d’introduire plus facilement la canule de travail couplée au foret.
  36.  3 minutes apres l’instillation de xylocaine gonflement des ballons.

  37. None
  38.  En fin de procédure , une injection de 2cc

    de Naropeine peuvent être injecté pour limiter la douleur post-opératoire.
  39.  L’anesthésie locale efficace et bien tolérée demande une connaissance

    parfaite du matériel, des molécules et de la technique d’injection… chacun sa cuisine locale la meilleure étant celle que l’on maîtrise…
  40. None