Thinking Digital Typography

2047741c55e56804e4d2ee28a072b78a?s=47 D&B Talks
April 27, 2015

Thinking Digital Typography

Présentation de Jackie Stewart au D&B Talks #16

http://dbtalks.org/
http://www.graphandart.com/

2047741c55e56804e4d2ee28a072b78a?s=128

D&B Talks

April 27, 2015
Tweet

Transcript

  1. THINKING DIGITAL TYPOGRAPHY For  DB  Talks,  by  Jackie  Stewart

  2. SOMMAIRE PARTIE  1  :  Evolution  des  supports,  besoins  et  technologies.

      PARTIE  2  :  Du  print  au  digital   PARTIE  3  :  Questions  De  Lisibilité   CONCLUSIONS  :  Ce  Q’on  Peut  Retenir  
  3. PARTIE 1 Evolution  des  supports  et  technologies

  4. - 5300 - 4000 - 3000 1000 Nous sommes ici

    - 2000 - 1000 A. Centrale 200 (ap. J.-C) 0 France - 36 000 (av. J. -C) EVOLUTION DES ECRITURES
  5. EVOLUTION Cuneiforme  -­‐3200  AV.-­‐JC Papyrus  -­‐2900  AV.-­‐JC Impression  -­‐200  AV.-­‐JC

    Volumen  -­‐3000  AV.-­‐JC Codex  II  siècle
  6. EVOLUTION Calligraphie  Moyen  age Typographie  1400 Lettrage  730  à  nos

     jours
  7. EUROPE 1400 - Gutenberg La  presse  d’imprimerie      

    Elle  a  répondu  à  un  besoin  de   reproduction  en  grand  nombre,   identique  et  plus  économique.   Des  presses  s'installent  rapidement   dans  les  grandes  villes  d’Europe.  
  8. Incunables       La  mise  en  page  des  livres

     évolue  de   façon  continue  entre  1480  et  1520.   Les  historiens  estiment  qu'il  s'est   imprimé  vingt  millions  de  livres  en   Europe  dans  les  cinquante  premières   années  qui  ont  suivi  l'invention  de   Gutenberg.   EUROPE 1400 - Gutenberg
  9. Johannes  Gutenberg:         L'invention  des  caractères  métalliques

      mobiles  a  été  déterminante  dans  la   diffusion  des  textes  et  du  savoir.   Proche  de  l’écriture  de  l’époque,  les   caractères  gothiques  sont  ceux  qu’il   reproduira.     Rapidement  on  se  rendra  compte     qu’un  besoin  de  modernisation   s’impose.       EUROPE 1400 - Gutenberg
  10. Old Style e Designing with Type FRANCE 1615 - Garamond

    Claude     Garamond
  11. e Transitional ANGLETERRE 1757 - Baskerville Designing with Type John

        Baskerville
  12. e Modern ITALIE 1788 - BODONI Designing with Type Giambattista

        Bodoni
  13. Morris  Fuller   Benton e Slab Serif USA 1894 -

    CENTURY EXPANDED Designing with Type
  14. Max  Miedinger e Sans Serif SUISSE 1957 - HELVETICA Designing

    with Type
  15. None
  16. CLASSIFICATION VOX 1952 Old Style Transitional Modern Egyptian Sans Serif

  17. EVOLUTION TECHNOLOGIQUE Henry  Mill  1714 Lynotype  1885 Rotative  1844 Imprimante

     a  boule  1961 Photocomposition  1940 Enigma  1923 ENIAC  1946 TRADIC  1956
  18. PERSONAL COMPUTER

  19. PARTIE 2 Du  print  au  digital:  un  enjeu  de  

    taille  pour  les  typographes.
  20. -­‐ La  simplicité     -­‐ Accessible  à  un  grand

     nombre   -­‐ Ce  marché  à  permis  des  progrès  constants   -­‐ Des  interfaces  en  amélioration -­‐ L’  ignorance  du  «  savoir  typographique  »   -­‐ Peu  de  polices  initialement   -­‐ Des  logiciels  initialement  peu  performants   -­‐ Les  technologies  initiales  réduisant  la  qualité  Typographique PERSONAL COMPUTER
  21. POLICES BITMAP -­‐ Plus  rapide   -­‐ Plus  facile  d’usage

     pour  le  code   -­‐ Facile  à  éditer -­‐ Un  glyph  par  taille   -­‐ Trop  de  memoire   -­‐ Resolution  faible
  22. POLICES BITMAP

  23. CHOIX DES CARACTERES Verdana Arial Helvetica Trebuchet MS Tahoma Comic

    Sans Georgia Times New Roman Palatino …
  24. POLICES VECTORIELLES E

  25. POLICES VECTORIELLES Garamond Garamond

  26. LOGICIELS

  27. GRAND PUBLIC

  28. PAO POUR TOUS

  29. PARTIE 3 Questions  de  lisibilité

  30. LA LISIBILITE - études Ce  qui  peut  être  lu  sans

     peine  et  sans  ennui.   EXPÉRIENCE  D’ANISSON  :  Habitude  de  lecture 1 Garamond - Didot
  31. «Sleon une édtue de l’Uvinertisé de Cmabrigde, l’odrre des ltteers

    dnas un mtos n’a pas d’ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la pmeirère et la drenèire soit à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dsérorde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. En efeft le creaveu hmauin ne lit pas chuaqe ltetre elle- mmêe, mias le mot cmome un tuot.» LA LISIBILITE - études EXPÉRIENCE  RICHAUDEAU  : 2
  32. LA LISIBILITE Le  lecteur  devine  la  forme  plus  qu’il  ne

      décode  les  lettres   Alphab La  moitié  du  mot  sufiit  pour  comprendre  le   sens   EXPÉRIENCE  JAMES  CATELL  : 3 Alphabet a b c c b a c b a a b c
  33. LA LISIBILITE la  partie  supérieure  des  mots  est  sufiisante  

    pour  pouvoir  comprendre  le   sens  d’un  texte   Je m’ Ana même  effacé,  un  mot  peut  être  deviné  en   fonction  de  ceux  qui  le  suivent  et  le   précèdent.   Ascendantes EXPÉRIENCE  LECLERC  : 3
  34. PROCESUS DE LECTURE régressives (les bords en arrière). Les cercles

    représentent les points de fixation sur lesquels l’oeil se fixe et voit de façon exacte. Les lignes tracées entre les cercles indi- quent les saccades (les bonds en avant), les flèches, les saccades EXPÉRIENCE  JAVAL  : 2
  35. PROCESUS DE LECTURE EXPÉRIENCE  JAVAL  : 2

  36. LECTURE SUR L’ECRIN Lecture  discontinue  

  37. 2  choses  importent  pour  un  livre  :   -­‐  Le

     contenu  (le  texte  lu)   -­‐  L’apparence  (le  texte  vu)   C’est  l’art  et  la  science  du  typographe   que  d’assembler  ces  deux  aspects. Le livre parfait
  38. LES GRILLES

  39. LES GRILLES

  40. LES GRILLES

  41. LES GRILLESEt  la  ligne  de  base  

  42. LES GRILLES

  43. LES GRILLES

  44. CONCLUSIONS

  45. La  typographie  a  toujours  évolué  en  parallèle  avec  la  

      technologie  des  outils,  des  supports  et  des  besoins   L’informatique,  après  être  passé  par  une  période  difiicile  est   devenue  mature,  permettant  de  réaliser  des  contenus  riches  en   respectant  les  grandes  règles  typographiques Les  professions  restent  spécialisées  mais  doivent  travailler   ensemble  pour  ce  qui  reste  la  plus  grande  qualité  d’un  texte,  d’un   livre  ou  d’un  site  web  :  sa  lisibilité CONCLUSIONS C’est  notre  responsabilité…
  46. MERCI