Upgrade to Pro — share decks privately, control downloads, hide ads and more …

Pathologie Rachidienne Traumatique Vertébroplastie, CPB, Stentoplastie A.Gangi

02a9977d1d0662421ee64fc05f765281?s=47 journeevertebro
October 06, 2013
160

Pathologie Rachidienne Traumatique Vertébroplastie, CPB, Stentoplastie A.Gangi

02a9977d1d0662421ee64fc05f765281?s=128

journeevertebro

October 06, 2013
Tweet

Transcript

  1. Pathologie Rachidienne Traumatique: Vertébroplastie, Cyphoplastie, Stentoplastie A Gangi, X Buy,

    J Garnon, JP Steib, Hôpitaux Universitaires de Strasbourg
  2. Introduction • Au cours des 15 dernières années, la prise

    en charge des traumatismes du rachis a été fortement modifiée par l’introduction de la vertébroplastie. • La vertébroplastie constitue actuellement un pilier majeur du traitement des fractures vertébrales du sujet ostéoporotique. • Grâce aux améliorations techniques et au développement de systèmes d’expansion intravertébrale (cyphoplastie, stentoplastie), la vertébroplastie a vu ses indications s’étendre à certaines fractures traumatiques du sujet non ostéoporotique.
  3. 1) Traitement Percutané de Fractures Rachidiennes Ostéoporotiques par

  4. Sélection des Patients • Examen clinique +++ – Douleur rachidienne

    aiguë ou subaiguë – Mécanique, en charge – Réveillée par la percussion des épineuses +/- • Corrélation clinique / imagerie indispensable
  5. T1 T2 STIR TDM IRM L’IRM est l’examen clé pour

    planifier une vertébroplastie. Elle confirme le caractère récent ou évolutif de la fracture par la mise en évidence d’œdème intraspongieux.
  6. Ostéoporose - En Résumé • La vertébroplastie a prouvé sa

    supériorité par rapport au traitement conservateur dans la prise en charge des fractures vertébrales ostéoporotiques aiguës. • La sélection précise des patients basée sur la confrontation clinico-radiologique est indispensable pour une vertébroplastie efficace. • La prise en charge de fond de l’ostéoporose est indispensable avec réévaluation rapide des patients en cas de nouvelles douleurs.
  7. 2) Traitement Percutané des Fractures Traumatiques du Sujet non ostéoporotique

    par
  8. Traumatic Spinal Fracture Instable Fracture Stable Fracture Surgery Orthopedic Treatment

  9. Traumatic Spinal Fracture Instable Fracture Stable Fracture Surgery Orthopedic Treatment

    Percutaneous Treatment
  10. None
  11. Indications • Certaines fractures vertébrales du sujet jeune peuvent être

    traitées par vertébroplastie percutanée. • Ce sont les types A1 et certains A3 de la classification de Magerl A 1 A 2 A 3 C. Kauff
  12. Indications • Certaines fractures vertébrales du sujet jeune peuvent être

    traitées par vertébroplastie percutanée. • Ce sont les types A1 et certains A3 de la classification de Magerl A 1 A 2 A 3 C. Kauff
  13. Cyphoplastie des fractures vertébrales traumatiques - Journées Françaises de Radiologie

    Contre indications et non indications * INSTABILITÉ (lésion du segment mobile rachidien) COMPRESSION MÉDULLAIRE (burst fracture et hématome) FRACTURE ANCIENNE (absence d’œdème médullaire)
  14. Problématique • La densité osseuse élevée du sujet jeune rend

    la vertébroplastie conventionnelle difficile voire impossible car la résistance lors de l’injection de ciment est trop élevée. • La récupération de la statique rachidienne est primordiale chez les sujets jeunes actifs avec une longue espérance de vie. • Dans ce cas, la création préalable d’une cavité intravertébrale par système d’expansion intravertébral facilite l’injection de ciment. Ces systèmes comprennent: – Ballons de kyphoplastie – Pinces de distraction intravertébrale – Stents vertébraux
  15. Objectifs de la cyphoplastie • Soulagement des douleurs • Stabilisation

    du foyer fracturaire • Correction de la cyphose • Limitation de la perte de hauteur ultérieure • Ablation rapide du corset plâtré • Urgence thérapeutique – Meilleur résultat si cyphoplastie précoce ! – Délai < 7 j
  16. a) Kyphoplastie à Ballonnets • Deux ballons sont positionnés dans

    le corps vertébral, à proximité du trait de fracture. Leur gonflage progressif crée une cavité intravertébrale. • La restauration de hauteur vertébrale chez le sujet jeune ne peut être espérée que si le traitement est précoce (<7 jours post –trauma) • Cette restauration est souvent limitée, d’autant plus que la vertèbre se recollabe partiellement juste après retrait des ballons. Courtoisie Medtronic- Kyphon
  17. b) Pince de distraction • Ce type de pince est

    utilisé de manière coaxiale à travers un trocart de 10 gauge. • En ouvrant la pince dans diverses directions, une cavité intravertébrale est créée autour de l’extrémité du trocart. • Ceci facilite l’injection de ciment lorsque la densité osseuse est élevée. • Cette technique n’a pas pour but de restaurer une quelconque hauteur vertébrale. Courtoisie Optimed
  18. b) Pince de distraction • Ce type de pince est

    utilisé de manière coaxiale à travers un trocart de 10 gauge. • En ouvrant la pince dans diverses directions, une cavité intravertébrale est créée autour de l’extrémité du trocart. • Ceci facilite l’injection de ciment lorsque la densité osseuse est élevée. • Cette technique n’a pas pour but de restaurer une quelconque hauteur vertébrale. Courtoisie Optimed
  19. Pince de distraction… • Fracture traumatique de T4 chez un

    patient de 27 ans. • Du fait du niveau traité et du délai post- traumatique supérieur à 10 jours, l’utilisation de ballons de cyphoplastie ou de stents n’est pas possible. • Pour faciliter la vertébroplastie, une cavité intravertébrale est créée à l’aide d’un pince de distraction.
  20. c) Stents Vertébraux • Cette technique est une variante de

    la kyphoplastie à ballonnets. • Les stents sont déployés dans le corps vertébral fracturé, puis après retrait des ballons, ils sont fixés dans la vertèbre par injection de ciment. • Leur force en expansion est supérieure à celle des ballons seuls. • Leur positionnement requiert une grande précision. • Dans notre expérience, la restauration de la hauteur vertébrale semble plus constante qu’avec la kyphoplastie à ballonnets. Courtoisie Synthes
  21. None
  22. None
  23. None
  24. None
  25. None
  26. None
  27. None
  28. None
  29. None
  30. None
  31. None
  32. None
  33. None
  34. None
  35. None
  36. None
  37. Fractures A2 A 1 A 2 A 3 C. Kauff

  38. • Les fractures A2 ou fractures-séparation s’accompagnent d’un trait de

    refend coronal. • Du fait de l’incarcération fréquente de matériel discal dans le trait de fracture, le risque de pseudarthrose est élevé. • Le traitement de référence reste donc chirurgical lorsque la séparation est importante. • Le vissage percutané peut être envisagé dans les cas de séparation minime.
  39. 3) Traitement des Fractures Rachidiennes Complexes par Techniques Combinées Radio-

  40. Combinaison Radio- Chirurgie • Ces associations thérapeutiques peuvent s’envisager en

    un ou deux temps. – L’arthrodèse chirurgicale postérieure assure la stabilité transversale – La cimentoplastie assure la consolidation de la colonne antérieure et remplace de manière mini-invasive une approche chirurgicale antérieure • Indications: – Certaines fractures A3 graves (burst) – Arthrodèse mini-invasive (sextant) + vertébroplastie – Fracture sous matériel d’arthrodèse
  41. Fractures A3 A 1 A 2 A 3 C. Kauff

  42. • Les fractures A3 graves relèvent de la chirurgie. •

    Dans certains cas, le temps chirurgical antérieur peut être remplacé par une vertébroplastie ou une cyphoplastie. • L’exemple ci-dessous montre le traitement d’une patiente de 31 ans par technique radio-chirurgicale combinée en un temps avec injection de ciment phosphocalcique. M10
  43. Sextant • Dans une optique toujours plus mini-invasive, des systèmes

    d’arthrodèse par incision cutanée miniaturisée ont été développés (Sextant). • Leur utilisation peut être couplée à une vertébroplastie ou une cyphoplastie si la consolidation du segment antérieur rachidien est requise.
  44. Conclusion • Fractures A1 du sujet non ostéoporotique => techniques

    d’augmentation vertébrale à condition d’intervenir précocément (maximum J7 post trauma). • Les techniques combinées radio- chirurgicales => en complément d’une arthrodèse postérieure, la cimentoplastie évite l’approche chirurgicale antérieure.
  45. None
  46. None
  47. None