Upgrade to Pro — share decks privately, control downloads, hide ads and more …

Shakemap 3.5 : analyses techniques sur des exemples dans les Pyrénées

0f828d1e52998fda294448484de2e409?s=47 @Résif
January 31, 2018

Shakemap 3.5 : analyses techniques sur des exemples dans les Pyrénées

Présentation de Didier Bertil (BRGM) au 2nd Workshop Résif "Aléa sismique & Shakemaps" | 29 - 31 janvier 2018, Montpellier

0f828d1e52998fda294448484de2e409?s=128

@Résif

January 31, 2018
Tweet

Transcript

  1. Shakemap 3.5: analyses techniques sur des exemples dans les Pyrénées

    Didier BERTIL Montpellier – 29-31 Janvier 2018
  2. > ShakeMap est un logiciel USGS. La version actuellement en service

    est v3.5 en attendant la sortie prochaine de v4.0 > Intérêt principal de 3.5 par rapport aux versions précédentes: utilisation mixte des données instrumentales et macrosismiques > Utilisé avec données macrosismiques en France dans les Pyrénées (depuis 2012 Sispyr) et pour la ShakeMap Nationale (depuis 2016 BCSF et GT Shakemap) et au Portugal Montpellier, 31/01/2018
  3. >  Localisation X,Y,Z, Mag >  Carte de mouvement du sol

    (intensité ou accélération) •  Modèles d’atténuation •  Correction globale avec les données d’observation (GM ou Macro) •  Prise en compte des effets de site (coef d’amplification) •  Correction ponctuelle autour des données d’observations (et algorithme de pondération des données) 3 Rappel de la Méthode Shakemap 3.5 Montpellier, 31/01/2018
  4. >  Utilisation de l’alerte IGN (Madrid) >  Au moins 10

    km d’incertitude en fonction de la loc. utiliséeè décalage de la position de l’intensité max >  Pas de correction de loc. par le logiciel. Intensité à l’épicentre éventuellement compensée à condition d’avoir des données d’observations proches de l’épicentre 4 Localisation en input ? Montpellier, 31/01/2018 Exemple du séisme du 30/12/2012, le plus fort (MLLDG =4.7)
  5. >  Etudes sur les données existantes pour choisir les modèles

    les plus adaptés >  Bilan depuis 2012: pas d’incohérences observées. Le choix des modèles reste valable >  Mais pour les séismes forts (M5 et +) pas de calage: utilisation de Akkar & Bommer (2010) par défaut >  Pour les magnitudes intermédiaires (4.5-5.0?). Pas de retour d’expérience 5 GMPE – IPE - GMICE Montpellier, 31/01/2018 GMPE M< 4.5: PGA Tapia (2006) PGV Akkar & Bommer (2007) GMPE M>4.5: PGA – PGV : Akkar & Bommer (2010) IPE: Isard (2008) GMICE: PGA Souriau (2006) PGV Faccioli & Cauzzi (2006)
  6. Séisme du 30/12/2012 M 4.3 – Nay (64) Paris, DGPR,

    22/01/2018 6 Points bleus : données macrosismiques – Triangles : données accélérométriques Courbe rouge : Modèle Courbe verte Modèle corrigée du Bias Bias=-0.61 Bias=-0.34 Intensité Pga IPE GMPE Correction globale (au rocher )avec les données d’input
  7. >  Par défaut, le logiciel utilise le proxy topo-Vs30 > 

    Pour Syspir, on a pris un modèle de sol en 7 classes et les coefficients d’amplification correspondant 7 Prise en compte des effets de site Montpellier, 31/01/2018
  8. 8 Correction ponctuelle des cartes Montpellier, 31/01/2018 Worden et al,

    2010 augmentation diminution lissage Dépend du rayon d’influence et de l’algorithme de pondération utilisé
  9. >  Globalement fonctionne bien mais avec des limites: •  Erreurs

    de localisation sont mal compensées •  Effet de lissage là où il y a beaucoup de données d’observation: peut masquer des effets de site locaux •  Absence de calage de modèle actuellement pour les gros séismes >  Utilisation: •  Carte« rapide » pour applications de sécurité civile •  Carte« finale » pour exploitation Recherche >  Alternatives ? (v4.0 ou autre) 9 Bilan v3.5 Montpellier, 31/01/2018
  10. MERCI DE VOTRE ATTENTION