Pro Yearly is on sale from $80 to $50! »

Les dynamiques contemporaines de la géographie des activités scientifiques mondiales

4d285ecf77acc9c9926952e13db09edd?s=47 MarionMai
November 05, 2019

Les dynamiques contemporaines de la géographie des activités scientifiques mondiales

Cette présentation revient sur les principaux résultats obtenus dans le cadre d’une recherche collaborative sur la croissance du système scientifique contemporain. Deux faits stylisés sont présentés : la déconcentration spatiale de la production et la densification du réseau mondial des collaborations entre villes. Le propos développera la méthodologie mise en œuvre pour mesurer ces phénomènes au niveau urbain et la nouvelle interface en ligne NETSCITY (https://www.irit.fr/netscity/) permettant d’appliquer automatiquement cette méthodologie à des sous-ensembles de données bibliographiques. Un exemple d’utilisation de l’application permettra de spatialiser les recherches issues du CIRED à l’échelle mondiale

4d285ecf77acc9c9926952e13db09edd?s=128

MarionMai

November 05, 2019
Tweet

Transcript

  1. LES DYNAMIQUES CONTEMPORAINES DE LA GÉOGRAPHIE DES ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES MONDIALES

    MARION MAISONOBE – CHARGÉE DE RECHERCHE À L’UMR GÉOGRAPHIE-CITÉS – MARION.MAISONOBE@CNRS.FR PRÉSENTATION AU SÉMINAIRE DU CIRED – 5 NOVEMBRE 2019
  2. POINT DE DÉPART  ANR Géoscience (2010 - 2013) coordonnée

    par M. Grossetti et D. Eckert  Groupe Netscience (2013 - 2024) de l’Opération « Mondes Scientifiques » du Labex Structuration des Mondes Sociaux (SMS)  Une approche de scientométrie spatiale (Frenken et al., 2009) ou géographie quantitative des activités scientifiques Mark Jefferson, 1929
  3. APPROCHE MULTINIVEAUX Les sciences  l’activité scientifique  les disciplines

     les spécialités, collectifs, communautés ou mouvements de recherche  les questions de recherche Les espaces géographiques  les systèmes locaux  les espaces nationaux de recherche  les espaces de circulation ou diaspora  les grandes régions et le monde
  4. L’EXPANSION DU SYSTÈME SCIENTIFIQUE CONTEMPORAIN Deux résultats principaux:  La

    déconcentration spatiale de l’activité de recherche (production, collaboration, visibilité)  La densification du réseau mondial des collaborations entre villes
  5. CONTEXTE  Politiques  differentiation entre universités  Croyance dans

    un mouvement de concentration naturel des forces de recherche dans les lieux de l’excellence scientifique (main invisible)  Au cours de la dernière décennie, observe t-on une concentration de : 1. La production scientifique mondiale ? (part de production des lieux les plus publiants) 2. Des collaborations scientifiques ? (centralité des principaux hubs) 3. De la visibilité scientifique ? (part de citations reçues par les lieux les plus visibles)
  6. L’APPROCHE BIBLIOMÉTRIQUE  1. La production scientifique  Nombre de

    publications/aires urbaines/an  2. Les collaborations scientifiques  Nombre de co-signatures d’articles entre aires urbaines par an 3. La visibilité scientifique  Nombre de citations reçues (fenêtre de 3 ans)/aires urbaines/an
  7. SOURCE ET MÉTHODE  Le géocodage des publications du Web

    of Science (Clarivates Analytics – OST/HCERES) regroupées par agglomeration urbaine (see Maisonobe et al., Cybergeo, 2018)  19 millions de publications entre 1999 et 2014  Comptage entier fractionné (Gauffriau et al., 2008) et moyenne mobile sur 3 ans  Le nombre de publications et de co-signatures entre 1999 et 2014 + le nombre de citations reçues par les publications parues entre 1999-2011 publications sur une fenêtre de 3 ans  pour les publications de 2011, on regarde le nombre de citations reçues entre 2012 et 2014 (dernière année considérée dans cette étude)
  8. Une méthode de scientométrie spatiale pour étudier la science au

    niveau des villes à l’échelle mondiale Localiser les municipalités depuis lesquelles les chercheurs signent leurs publications Construire des périmètres d’agglomérations en utilisant la distribution de la densité de population
  9. LA DÉCONCENTRATION SPATIALE DES ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES

  10. ÉVOLUTION DE LA CONCENTRATION DE LA PRODUCTION PAR CLASSE DE

    VILLES Most publishing cities 2000* 2003* 2007* 2010* 2013* Trend Top 10 17.1 15.8 14.7 14.0 14.1 Top 20 24.6 23.4 22.2 21.3 21.6 Top 30 30.2 29.0 27.5 26.6 27.1 Top 50 39.1 37.7 36.0 35.1 35.6 Top 100 52.8 51.3 49.8 48.7 49.2 Top 200 69.7 68.3 66.7 65.3 65.1 Top 500 89.6 88.4 86.7 85.0 84.4 Top 1000 96.7 96.3 95.5 94.6 94.2 Total 100 100 100 100 100 Share of the global total of publications (%) Source: Science Citation Index Expanded (articles, reviews and letters) *mobile average over three years
  11. ÉVOLUTION DE LA CONCENTRATION DES COLLABORATIONS PAR CLASSES DE VILLES

    Most co-authoring cities 2000* 2003* 2007* 2010* 2013* Trend Top 10 15.6 14.7 13.7 12.9 12.8 Top 20 22.7 21.7 20.2 19.4 19.2 Top 30 28.3 27.1 25.5 24.5 24.3 Top 50 36.9 35.6 33.8 32.7 32.5 Top 100 50.9 49.2 47.0 45.6 45.3 Top 200 67.7 65.8 63.8 62.2 61.6 Top 500 88.0 86.6 84.6 82.7 81.8 Top 1000 95.8 95.1 94.0 92.9 92.4 Total 100 100 100 100 100 Share of the global total of collaborations (%) Source: Science Citation Index Expanded (articles, reviews and letters) *mobile average over three years
  12. ÉVOLUTIONS DE LA CONCENTRATION DES CITATIONS PAR CLASSES DE VILLES

    Most cited cities 2000* 2003* 2007* 2010* 2013* Trend Top 10 23.5 21.1 18.5 17.4 16.7 Top 20 33.3 30.5 27.5 25.9 24.9 Top 30 39.5 36.9 33.8 32.2 31.1 Top 50 49.5 46.7 43.7 41.7 40.9 Top 100 64.1 61.3 57.8 56.0 55.3 Top 200 80.2 77.5 74.7 72.9 71.8 Top 500 94.9 93.8 92.1 90.8 89.7 Top 1000 98.7 98.3 97.7 97.1 96.7 Total 100 100 100 100 100 Share of the global total of citations (%) Source: Science Citation Index Expanded (articles, reviews and letters) *mobile average over three years
  13. ÉVOLUTION DE LA PART DE PRODUCTION MONDIALE DES VILLES ASIATIQUES

    LES PLUS PUBLIANTES (%) 0.8 1.3 1.8 2.3 2.8 3.3 2000* 2003* 2007* 2010* 2013* World production share (%) Asian cities in the top 10 publishing cities Beijing Seoul Tokyo Shanghai
  14. ÉVOLUTION DE LA PART DE PRODUCTION MONDIALE DES VILLES NON-ASIATIQUES

    LES PLUS PUBLIANTES (%) 0.8 1 1.2 1.4 1.6 1.8 2 2000* 2003* 2007* 2010* 2013* World production share (%) Non-Asian cities in the top 10 publishing cities New-York London Boston Paris San-Francisco-Bay Area Washington out in 2008
  15. Déconcentration spatiale de la production, des collaborations et des citations

    Entre pays, entre villes, et à l’intérieur des pays
  16. INTERPRÉTATION  Une croissance continue des activités de recherche et

    des publications  Une proliferation des sites d’activité et des universités (Shofer & Meyer, 2005)  Une croissance du personnel de l’ESR (UNESCO, 2010)  Un rééquilibrage global de la répartition de la production au cours des 30 dernières années entre pays et à l’intérieur des pays (Grossetti et al., 2014)
  17. LA DENSIFICATION DU RÉSEAU MONDIAL DES COLLABORATIONS ENTRE VILLES

  18. QU’EN EST-IL DE LA STRUCTURE DU RÉSEAU MONDIAL DES COLLABORATIONS

    ?  Est-ce que la mondialisation des activités de production scientifique s’accompagne : d’un effacement des contextes nationaux au profit de réseaux de coopération globaux… …OU au contraire, d’un maintien du caractère structurant des aires nationales et macro-régionales dans l’organisation des collaborations ?
  19. LA STRUCTURE GÉOGRAPHIQUE DE LA PRODUCTION SCIENTIFIQUE MONDIALE Traitement et

    graphique réalisé par Laurent Jégou
  20. 20

  21. 21

  22. 22

  23. None
  24. Source: SCI Expanded (articles, reviews, letters) Note : *Fractional whole

    number counting (WNC), three-year moving average. **ROW = Rest of World. Europe 2000* 2007* 2013* Russian world 2000* 2007* 2013* Intranational Links (%) 43.0 44.1 44.3 Intranational Links (%) 29.0 41.6 56.5  Intra-Europe Links (%) 33.0 32.3 31.5 Intra-Russian world Links(%) 3.4 3.0 2.6  Links with ROW** (%) 24.1 23.6 24.2  Links with ROW ** (%) 67.7 55.4 40.9  100 100 100 100 100 100 Number of publications 102614 156549 227732 Number of publications 5574 8249 15797 North America 2000* 2007* 2013* Oceanic world 2000* 2007* 2013* Intranational Links (%) 66.1 64.9 61.9 Intranational Links (%) 36.1 34.6 35.6  Intra-N.-Am Links (%) 5.3 5.4 4.9  Intra-Oceanic Links (%) 7.5 8.0 8.6  Links with ROW** (%) 28.6 29.7 33.2 Links with ROW ** (%) 56.4 57.3 55.9  100 100 100 100 100 100 Number of publications 77738 116079 158381 Number of publications 7223 14120 28454 Asiatic world 2000* 2007* 2013* Arab world 2000* 2007* 2013* Intranational Links (%) 70.1 71.3 71.0 Intranational Links (%) 19.6 24.7 22.5  Intra-Asian Links (%) 5.5 6.4 5.5  Intra-Arab world Links (%) 9.6 11.4 20.5  Links with ROW ** (%) 24.4 22.3 23.5 Links with ROW ** (%) 70.8 63.8 57.0  100 100 100 100 100 100 Number of publications 38224 80890 149438 Number of publications 1730 3903 12243 Latin America 2000* 2007* 2013* Sub-saharan Africa 2000* 2007* 2013* Intranational Links (%) 43.3 56.0 60.8 Intranational Links (%) 25.6 28.1 28.1  Intra-Lat-Am Links (%) 8.5 7.1 6.3 Intra-Sub-s Africa Links (%) 6.6 9.3 10.6  Links with ROW ** (%) 48.2 36.9 32.9 Links with ROW ** (%) 67.8 62.5 61.3  100 100 100 100 100 100 Number of publications 6866 15124 27364 Number of publications 1760 3546 6614 Les profils de collaboration par grandes regions du monde et leur évolution
  25. 25

  26. PRINCIPAUX RÉSULTATS  Polycentrisme croissant du réseau des collaborations scientifiques

    (Glänzel et al, 2008; Henneman et al, 2012; Maisonobe et al, 2016)  Croissance globale de tous les types de collaboration au détriment des publications à un seul auteur  Une croissance plus forte des collaboration infranationales dans les pays où la déconcentration spatiale de la production scientifique a été la plus prononcée entre 2000 et 2013  Une croissance plus forte des collaborations macro-regionales au sein du monde arabe et de l’espace sub-saharien  Une croissance plus forte des collaborations entre les aires macro-régionales les plus périphériques (cooperations Sud-Sud)
  27. CARTOGRAPHIER LES ACTIVITÉS SCIENTIFIQUES DU CIRED AVEC L’APPLICATION NETSCITY

  28. NETSCITY : UNE WEB APPLICATION POUR CARTOGRAPHIER LA SCIENCE 

    Présentée pour la première fois à la conférence internationale de l’ISSI en aout 2019 à Rome :  M. Maisonobe, L. Jégou, N. Yakimovich et G. Cabanac. NETSCITY: a geospatial application to analyse and map world scale production and collaboration data between cities. ISSI’19: 17th International Conference on Scientometrics and Informetrics. 2019  Équipe de développeurs actuelle : Guillaume Cabanac (UMR IRIT), Laurent Jégou (UMR LISST), et Nils Bourgon (Master Informatique et Sciences Sociales)  Version 2 en ligne à l’adresse suivante : https://www.irit.fr/netscity/
  29. QUE FAIT NETSCITY ? NETSCITY est une plateforme libre de

    traitement spatial des données issues de l’activité scientifique (publications, participations à des colloques ou projets) Elle permet de géocoder, d’agréger spatialement par agglomération urbaine et par pays, de cartographier et d’analyser :  Des corpus de publications issus des bases bibliographiques Web of Science et Scopus  D’autres traces issues de l’activité scientifique contenant des listes d’adresses/affiliations instititutionnelles
  30. POUR QUI ?  Les scientifiques souhaitant avoir un aperçu

    global de leur domaine de recherche (le cas particulier des états de l’art systématiques)  Les spécialistes de l’information scientifique devant générer des rapports d’activité ou des analyses  Les responsables d’établissements ou décideurs qui veulent une image d’ensemble d’un domaine de recherche, de l’activité des membres d’une institution scientifique  Les géographes, sociologues et historiens spécialisés dans l’étude sociale des sciences
  31. Exemple de recension systématique utilisant NETSCITY Pommé et al., Relationship

    between phoneme-level acoustic variables and speech intelligibility in healthy speech: A systematic review, 2019 “It can be observed that most studies about the link between acoustics and intelligibility were carried out in North America and in Western Europe, with numerous collaborations with North American research teams.”
  32. Cartographie du domaine de l’ACV avec la méthode NETSCITY Saadé

    & Boistel, Geography of Environmental Life Cycle Assessment, ERSA conference, Lyon, 2019
  33. Saadé & Boistel, Geography of Environmental Life Cycle Assessment, ERSA

    conference, Lyon, 2019 Cartographie du domaine de l’ACV avec la méthode NETSCITY
  34. Map by M. Maisonobe, CNRS. Data: LORD & TAI-NUI Cartographie

    des participations à l’ISGC utilisant NETSCITY
  35. Map by M. Maisonobe, CNRS. Data: LORD & TAI-NUI Cartographie

    des participations à l’ISGC utilisant NETSCITY
  36. Map by M. Maisonobe, CNRS. Data: LORD & TAI-NUI Cartographie

    des participations à l’ISGC utilisant NETSCITY
  37. L’EXEMPLE DE LA PRODUCTION SCIENTIFIQUE DU CIRED Requête SCOPUS utilisée

    par Frédérique Bordignon, responsable du Pôle IST de l’École des Ponts et Chaussés : (AF-ID ("Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Développement" 60104338) OR AFFIL (cired OR (rech AND environm AND dev) OR (umr AND "8568") OR "Centre International de Recherche sur l'Environnement et le Developpement")) AND (LIMIT-TO ( DOCTYPE , "ar") OR LIMIT-TO (DOCTYPE , "cp") OR LIMIT-TO (DOCTYPE , "ch") OR LIMIT-TO (DOCTYPE , "re") OR LIMIT-TO (DOCTYPE , "ip") OR LIMIT-TO (DOCTYPE , "bk")) AND (LIMIT-TO (PUBYEAR , 2017) OR LIMIT-TO (PUBYEAR , 2016) OR LIMIT- TO (PUBYEAR , 2015) OR LIMIT-TO (PUBYEAR , 2014) OR LIMIT-TO (PUBYEAR , 2013))
  38. None
  39. RÉSULTATS DE LA RECHERCHE SCOPUS

  40. Graphique disponible depuis l’interface en ligne de la base SCOPUS

  41. Graphique disponible depuis l’interface en ligne de la base SCOPUS

  42. Histogramme disponible depuis l’interface en ligne de la base SCOPUS

  43. None
  44. EXPORTER LES RÉSULTATS DE LA RECHERCHE SCOPUS EN .CSV

  45. OUVRIR NETSCITY https://www.irit.fr/netscity/

  46. HUB DE L’APPLICATION

  47. CHOIX DU FORMAT D’IMPORT

  48. PATIENTER PENDANT LE GÉOCODAGE

  49. POSSIBILITÉS DE CORRECTION MANUELLE POUR LES ADRESSES MAL GÉOCODÉES

  50. NOMBRE FRACTIONNÉ DE PUBLICATIONS PAR PAYS

  51. NOMBRE FRACTIONNÉ DE PUBLICATIONS PAR AIRES URBAINES

  52. NOMBRE FRACTIONNÉ DE COLLABORATIONS PAR PAYS

  53. NOMBRE FRACTIONNÉ DE COLLABORATIONS PAR AIRES URBAINES

  54. CARTE DE LA PRODUCTION FRACTIONNÉE PAR PAYS

  55. CARTE DE LA PRODUCTION FRACTIONNÉES PAR AIRES URBAINES EN EUROPE

  56. CARTE DES COLLABORATIONS FRACTIONNÉES ENTRE PAYS

  57. GRAPHE DES COLLABORATIONS FRACTIONNÉES ENTRE PAYS

  58. GRAPHES DES COLLABORATIONS FRACTIONNÉES ENTRE AIRES URBAINES

  59. POUR ALLER PLUS LOIN

  60. Le site internet GéoScimo en anglais et français GEOgraphie de

    la production SCIentifique MOndiale URL : https://www.irit.fr/netscity/prod/ Un outil (version beta) pour étudier la géographie de la science au niveau des villes
  61. Maisonobe et Jégou, M@ppemonde 2013 et Colloque du CIST 2018

    Une solution interactive de visualisation des flux mondiaux (netmap) Le site web d’exploration interactive du réseau mondial des collaborations scientifiques (coscimo.net)
  62. Maisonobe, M., Jégou, L., & Cabanac, G., Peripheral Forces, Nature

    563, S18-S19 (2018) https://www.nature.com/articles/d41586-018-07210-6
  63. Courtioux, Métivier & Rebérioux, 2019, Scientific Competition between Countries: Did

    China Get What It Paid for?, Document de travail du CES, accessible sur HAL: halshs-02307534 Référence évoquée au moment des questions – réponses : lien entre la part de dépense R&D et la part de publications
  64. Référence évoquée au moment des questions – réponses : proposition

    d’explication de l’apparent « miracle » italien Extrait du résumé : A comparative analysis of the trends for the G10 countries in the years 2000-2016 reveals a net increase of the Italian inwardness. Italy became, both globally and for a large majority of the research fields, the country with the highest inwardness and the lowest rate of international collaborations. The change in the Italian trend occurs in the years following the introduction in 2011 of national regulations in which key passages of professional careers are governed by bibliometric indicators. A most likely explanation of the peculiar Italian trend is a generalized strategic use of citations in the Italian scientific community, both in the form of strategic author self-citations and of citation clubs. We argue that the Italian case offers crucial insights on the constitutive effects of evaluation systems. As such, it could become a paradigmatic case in the debate about the use of indicators in science-policy contexts. Baccini et al., 2019, Citation gaming induced by bibliometric evaluation: A country-level comparative analysis, Plos ONE, https://doi.org/10.1371/journal.pone.0221212 Repris dans le blog du Monde : Sylvestre Huet, Recherche scientifique : le faux miracle italien, 25 septembre 2019, https://www.lemonde.fr/blog/huet/2019/09/25/recherche-scientifique-le-faux-miracle-italien/
  65. Merci pour votre attention ! Fractionnement au niveau pays Source

    : Web of Science Core Collection. Traitement et carte via NETSCITY (Corpus des publications signées au CIRED)