Upgrade to Pro — share decks privately, control downloads, hide ads and more …

Internet et les comportements sexuels déviants: « Le Grooming », les enjeux et implications de sa recherche

3d0d2eea93c371367df512ae4a9d0c3b?s=47 Besafe
December 10, 2015

Internet et les comportements sexuels déviants: « Le Grooming », les enjeux et implications de sa recherche

Thierry Pham
UMons, Belgique
Centre de Recherche en Défense Sociale
°Institut Philippe Pinel de Montréal, Canada

3d0d2eea93c371367df512ae4a9d0c3b?s=128

Besafe

December 10, 2015
Tweet

More Decks by Besafe

Other Decks in Research

Transcript

  1. Internet et les comportements sexuels déviants: « Le Grooming »,

    les enjeux et implications de sa recherche Thierry Pham UMons, Belgique Centre de Recherche en Défense Sociale °Institut Philippe Pinel de Montréal, Canada
  2. Remerciements Ian Barsetti Franca Cortoni Audrey Vicenzutto Amelie masquelier Denis

    Delannoy A.C. Lemasson The European Online Grooming Project
  3. 1. Introduction 2. Le Grooming 3. Dimensions du risque 4.

    Variables psychologiques 5. Besoins de recherche continue 6. Implications 7. Conclusions Plan
  4. Introduction

  5. Internet est une importante ressource utilisée par les enfants et

    les jeunes du monde entier
  6. Les enfants usent d’un nombre important de médias digitaux de

    plus en plus tôt
  7. Internet utilisé par les enfants et les adolescents • 93%

    des utilisateurs âgés de 9 à 16 ans se connectent au moins chaque semaine; 60% sont en ligne pratiquement tous les jours. • L’usage par les adolescents est le plus fréquent. Les enfants se connectent de plus en plus jeunes, (e.g. âge 7-8 au Danemark, en Suède, en Norvège et au Royaume-Uni). • L’usage d’internet est identifié comme étant élevé en Belgique, en Irlande et au Royaume-Uni (environ 43%), plus bas en Roumanie (33%). Le pourcentage le plus bas est en Italie (17%). (EU Kids Online, Livingstone et al, 2011).
  8. Echelle du défi qu’ Environ 2-4% des hommes ont regardé

    la pornographie juvénile ( Seto, 2013). La quasi-totalité des Les consommateurs de pornographie juvénile sont des hommes (99%; Babchishin, Hanson et Hermann, 2011). s ont déjà regardé de Internet (Albright, 2008).
  9. Catégories de cyber-délinquants • Consommateurs • Groomers • Délinquants avec

    contacts • Mixtes
  10. Typologie de consommateurs (Fortin & Roy, 2006) Explorateurs Jeunes, 24

    ans souvent étudiants Pas d’antécédents délictueux Collection à grande échelle Polymorphe Moyennement âgé, 40 ans Antécédents délictueux plus importants Risque plus élevé Plus actif Pervers Plus âgés, 49 ans Faibles antécédents délictueux -Solitaire: isolé, moins d‘implication virtuelle -Organisé: forte implication virtuelle sur réseaux
  11. None
  12. Questions • Cas prototypiques médiatisés, les moins représentatifs statistiquement. •

    Généralisation abusive/ stéréotypes: • « Internet crée la pédophilie » • « Tous les cyber prédateurs se ressemblent » • « Cyber prédateurs sont davantage pervers que ceux qui abusent par contact » • Catégorisation massive: « tous pareils » • Gérer la disproportion de la demande : ampleur des réseaux sociaux et ses attentes
  13. 2. Le Grooming

  14. Problème • Les agresseurs sexuels ont maintenant accès aux enfants

    et aux adolescents par le biais d’internet • Rencontre des jeunes, production et collection d’images indécentes, réseaux avec d’autres agresseurs • Nous devons comprendre comment de tels agresseurs parviennent à atteindre leurs victimes, les rencontrer et les abuser sexuellement • Nous devons savoir quels enfants sont vulnérables et de quelle manière des actions préventives peuvent être mises en place • Importance des messages de prévention – dissémination au public, aux psychologues et tous autres professionnels travaillant avec des enfants vulnérables
  15. Un problème de santé publique Gérer le “grooming” en ligne

    Approche collaborative: Education, Justice Services psychologiques Réseaux sociaux,, Associations, Politiques. Programmes de traitement Et de prévention individualisés- Conscience chez parents & éducateurs Environnement en ligne sécure Comportement de l’agresseur, Risque & Intervention Contact minimal Degré de contact avec l’enfant Rencontre
  16. Presentation overview - The European Online Grooming Project_ - Contexte

    législatif et empirique - Design du projet - Résultats d’interview - Jeunes gens en ligne - Sécurité, traitement & implications politiques - Prochaines étapes
  17. The European Online Grooming Project_ • Vaste étude sur le

    « grooming » en ligne à ce jour. • Objectifs : - comprendre les différentes voies d’approche des agresseurs sexuels, les moyens de communication et le « grooming » en ligne des jeunes - Responsabiliser les décideurs politiques, les professionnels de première ligne, enseignants, soignants et les jeunes à gérer efficacement les risques en ligne • Co-fondé par l’Union européenne, à travers le programme Safer Internet Plus. Exécution de juin 2009 à décembre 2011.
  18. Consortium Européen § UK Stephen Webster, Centre national pour la

    recherche sociale, Londres Professeur Julia Davidson, Université de Kingston, Londres Professeur Antonia Bifulco, Université de Kingston, Londres § Belgique Professeur Thierry Pham, Université de Mons, Belgique § Italie Professeur Vincenzo Caretti, Université d’étude de Palerme § Norvège Professeur Petter Gottschalk, Ecole Norvégienne de Management, Oslo
  19. None
  20. Echelle du défi § 30m enfants en ligne en US

    en 2000 (Gottschalk, 2010); 2,660 rapports d’approches inappropriées (Centre pour Enfants Exploités & Abandonnés). § UK: 1 jeune sur 5 reçoit des sollicitations d’ordre sexuel, plus des 2/3 sont laissés sans surveillance en ligne (Davidson & Martellozzo, 2008). § CEOP: (11/2010): 6291 rapports via ‘panic button’, 66% ont relatés le “grooming” en ligne. Augmentation des images des jeunes dans la collection des délinquants.
  21. Directives de l’UE § ‘‘La lutte contre l'abus sexuel, l'exploitation

    sexuelle des enfants et la pornographie impliquant des enfants "(2009) décrit les défis dans la protection avec de grandes variations dans le droit pénal et son application. § Article 5 – « grooming » en ligne ‘Sollicitations d’enfants à des fins sexuelles’ (p5)… § chaque état membre assure que cette conduite est punissable par la loi § Les enfants en-dessous de l’âge de consentement, en vertu du droit national, des adultes s’arrangent pour les rencontrer à des fins d’ordre sexuel via un “système d’information”(p5).
  22. Traité de Lisbonne § Commission Européenne (03/10) § Blocage des

    images indécentes d’enfants sur Internet. § Peines maximales de 5 à 10 ans pour le trafic des êtres humains. § Une proposition serait de sanctionner le “grooming”, ainsi que s’assurer que les agresseurs ne peuvent pas récidiver dans un autre pays de l’UE. § Changer le terme d’usage “pornographie juvénile” par le terme “images indécentes”.
  23. Législation Nationale § L’UK est un des premiers états de

    l’UE à initier une législation sur le “grooming” en ligne (s15, Sexual Offences Act 2003, England & Wales). § La Norvège a suivi l’exemple du Royaume Unis (2007), le Code pénal général civil, article 195. § La Suède a introduit une législation en 2009.
  24. 2014. Chapitre V : L’attentat à la pudeur • Art.

    377ter. [1 Dans les cas prévus par le présent chapitre ou par les chapitres VI (corruption de la jeunesse, prostitution), et VII (outrage public aux mœurs). • le minimum des peines portées par les articles concernés est doublé s'il s'agit d'un emprisonnement, et augmenté de deux ans s'il s'agit de la réclusion, lorsque le crime ou le délit a été commis à l'encontre d'un mineur de moins de seize ans accomplis et que préalablement à ce crime ou à ce délit, l'auteur avait sollicité ce mineur dans l'intention de commettre ultérieurement les faits visés au présent chapitreou aux chapitres VI et VII du présenttitre. • Dans les cas visés à l'article 377, alinéas 4 à 6, l'augmentation du minimum de la peine prévue à l'alinéa 1er est limitée de telle sorte que, combinée à l'augmentation des peines prévue à l'article 377bis, elle n'excèdepas le maximum de la peine prévu.]
  25. Chapitre V : L’attentat à la pudeur • Art. 377quater.

    La personne majeure qui, par le biais des technologies de l'information et de la communication, propose une rencontre à un mineur de moins de seize ans accomplis dans l'intention de commettre une infraction visée au présent chapitre ou aux chapitres VI et VII du présent titre, sera punie d'un emprisonnement d'un an à cinq ans, si cette proposition a été suivie d'actes matériels conduisant à ladite rencontre.
  26. Résultats de la recherche

  27. Design de la recherche § 3 phases inter-reliées : -

    Interviews avec des “stakeholders” (officiers de police, fournisseurs de traitement, etc.), revue de dossiers; développement d’un modèle théorique; revue de la littérature. - Interviews de 33 “groomers” au Royaume-Unis, en Norvège, en Italie et en Belgique. - Réunions de travail avec des parents, des enseignants et des jeunes.
  28. Stakeholder’s interviews § Besoin d'une nouvelle loi (difficultés quand il

    s'agit juste d'un adulte qui parle à un enfant) vs nos lois sont suffisantes (ex: incitation à la débauche, outrage public aux bonnes mœurs). § Outils technologiques utilisés par les groomers : Tchats publics, réseaux sociaux (ex: Facebook, Netlog), blogs, plateformes de jeux (ex: WoW), tchats privés, MSN, GSM, Webcam. § Endroits où ils utilisent internet: chez eux, Wifi non sécurisé d’un voisin, cybercafés. § Agissent seuls, utilisent l'identité d'un jeune. § Choisissent un enfant vulnérable, non surveillé par les parents quand il est sur internet. § Utilisation d'un langage normal non séxué d'abord, puis d'un langage sexualisé. § Abuseurs sexuels comme les autres vs différents des autres agresseurs sexuels.. § Prévention via réseaux sociaux, mise en place de filtres.
  29. Qui sont les groomers en ligne ? § Contact semblable

    aux agresseurs sexuels – non un groupe homogène. Quelles différences ? – haut QI mais pas particulièrement un haut niveau d’éducation – les compétences en TI semblent être premièrement auto- enseignées, observant la recherche en ligne et la famille § Ils font usage d’une série de matériels issus des TIC, de salons de “chat”, de réseaux sociaux, de sites de partage de fichiers et de plateformes de jeux, toujours dans le but d’entrer en contact avec des jeunes.
  30. None
  31. Groomers – E.U. • Âge: 30-40 ans • QI: >100

    • Victime: • 85% fille • 15% garçon • Âge victime: • 13-15 ans: 85% • 5-10 ans 15% • 33% ont des antécédents de délits sexuels • 54% ont établi de contacts/images/avec victimes
  32. Classification des groomers en ligne Perturbations de l’attachement § Croyance

    en un amour mutuel § Pas d’images ni de groupe de contacts § Processus de contact long § Usage de leur propre identité § Rencontre physique Hyper-sexué § Déshumanisent les jeunes § Grande collection d’images (75000) § Contact avec d’autres agresseurs § Adapte identité à sexuelle § Méthodes rapides de contacts interpersonnels Agresseur ajusté § Focalisés sur leurs besoins propres § Croyance que les jeunes sont mâtures et provoquants § Collection réduite d’images § Contact adapté / miroir avec la victime § Usage de leur propre identité ou d’une fausse
  33. Maintenance Environnement en ligne § L’Internet – Confidence – Stimulation

    § Addiction – Tendu si pas en ligne § Désinhibition – Anonymisme (pour le jeune et le “groomer”) – Normalisation des conduites sexuelles explicites Dissonance § Images d’adultes et d’enfants & “Chat” – Abus justifiés – Fantasmes – Escalade des comportements § Attitudes supportant le délit – Minimisation des méfaits – Raisons socio-affectives – Lieu de contrôle externe • Perceptions, comportements des jeunes – Pseudos à connotation sexuelle – “Chat” d’ordre sexuel
  34. Gestion des risques § Logiciels en ligne – Proxy servers

    – Cache des images/ chat – Multiple hardware & téléphones § Espaces personnels – Forums privés – Bascule sur le téléphone § Géographie – Victime localisée différemment par rapport à la résidence du groomer
  35. Caractéristiques du “grooming” § Vulnérabilité – Situationnelle – Interpersonnelle §

    Scan – Cartographie – Aléatoire – Présentation virtuelle § Identité – Soi – Changements mineurs – Autres §‘Je n’ai jamais utilisé ma propre identité, vous changez le nom, …’ § Contact – Rencontres unique ou multiples – Variation dans le temps passé en ligne – Divers styles § Désensibilisation & Intensité – Requête d’ordre sexuel §“Vous les testez en demandant s’ils ont déjà fait si ou ça et vous voyez s’ils sont réceptifs” – Incitations – Menaces § Résultats – Collection d’images – Rencontres avec des jeunes
  36. Classification des groomers en ligne Attachement distordu § Croyance en

    un amour mutuel § Pas d’images ni de groupe de contacts § Processus de contact long § Usage de leur propre identité § Rencontre physique Hyper-sexué § Déshumanisent les jeunes § Grande collection d’images § Contact avec d’autres agresseurs § Fausse identité ou identité à connotation sexuelle § Méthodes rapides de contacts interpersonnels Agresseur adapté § Focalisés sur leurs besoins propres § Croyance que les jeunes sont mâtures et provoquants § Petite collection d’images § Discours adapté au contact avec la victime § Usage de leur propre identité ou d’une fausse
  37. Les jeunes en ligne

  38. Contexte § Interview de groomers en ligne dans le cadre

    du projet. Pas de contact avec les victimes. § Les thèmes abordés concernent l'âge, le choix des victimes, le type d'approche employée par le groomer et la réponse des victimes. § Malgrés que l'échantillon ne soit pas statistiquement significatif, les victimes décrites par les “groomers” dans cette recherche sont plutôt des adolescentes.
  39. Les conclusions de la recherche Types de victimes § Vulnérables:

    grand besoin d'affection, d'attention, difficultés dans les relations avec les parents. A la recherche 'd'amour' en ligne- d’une véritable relation. La victime ne dénonce pas l'agresseur pour préserver la « relation ». § Prise de risques: recherchent l'aventure, sont désinhibés, croient qu'ils ont le contrôle. Moins connus pour les risques familiaux. Sensibles à la non dénonciation car chantage. - ce comportement est utilisé par les groomers comme une preuve de coopération ou une tentative de séduction. § Résilients: coupent dès que l'approche est considérée comme “bizarre”. Adoptent des comportements qui les mettent en sécurité. Base familiales sécures. Palmer, 2006, Davidson & Martelozzo, 2008
  40. Dimensions de la Vulnérabilité : 1 Solitude § “La plupart

    de ces filles manquent de contact avec les adultes...elles se sentent en sécurité avec moi... J'ai toujours pris mon temps.» § “Quand une fille disait qu'elle m'aimait, c'était plus facile” Auto-mutilation § Auto-mutilation observée lors de la rencontre physique. Estime de soi § Accordent de l'importance à l'image corporelle- les groomers exploitent cela en faisant des compliments.
  41. Dimensions de la Vulnérabilité: 2 Abus sexuels préexistants § “Elle

    avait besoin d'attention dans sa vie, elle disait qu'elle avait perdu sa mère et que son beau-père abusait d'elle” § “Elles n'avaient pas de “hang ups”, elles avaient déjà été abusées”. Rupture familiale § Cherchent des gens jeunes, des enfants de parents séparés. § Les agresseurs ont besoin de percevoir le jeune comme ayant le contrôle de la rencontre: – “Elle a commencé à me harceler pour aller en ligne et lui parler” – “Elle pouvait en sortir à tout moment et et elle le savait – “Elles me demandaient”, convaincus qu'ils sont adultes, qui est la victime? »
  42. La désinhibition : une prise de risque en ligne §

    Inclus l'usage de noms sexualisés; utilisation des “chat” sexuels; la population des “chat” pour adultes; envoyer des images explicites. Les groomers en ligne sont à la recherche de cela: – “Elle disait qu'elle aimerait baiser un homme plus âgé” – “Une fille m'a dit: voudrais-tu me voir nue?” – “Elle m'a dit : salut j'ai 16 ans et cherche à “chatter” avec un homme de 50 ans” § Cependant, les confidences en ligne ne reflètent pas toujours la réalité: – “Elle était très calme lorsque l'on s'est rencontré, même après plusieurs rencontres elle ne disait pas grand chose” – “Elle s'est présentée comme féminine et mature mais lorsque nous nous sommes rencontrés, j'ai su que c'était juste un masque...”
  43. Les jeunes résilients § Témoignent que les messages de sécurité

    ont pour conséquence que certains agresseurs se sont fait refuser dans des termes clairs. – “Ce n'était pas facile avec les jeunes filles à qui ont avait dit de ne pas parler aux hommes de plus de 20 ans” – “Quand j'ai présenté mon identité, on m'a dit 'va te faire foutre'”‘ – “Parfois elles se déconnectaient et je les oubliais”. – “je n'allais pas plus loin si la fille disait 'non', j'en cherchais juste une autre”.
  44. Cadres explicatifs pour les agresseurs et les victimes § Auto-régulation:

    sous régulation, mauvaise régulation, désinhibition. § Patterns d'attachement: approche/évitement social- solitude, manque de confiance sociale, anonymité pour masquer la peur du rejet, manque d'emphatie. § Processus affectivo-cognitifs: patterns défensifs, mentalisation, conscience de soi, déni. § Facteurs sociaux contextuels: opportunité, accès, désensitisation, accès des jeunes à l'internet.
  45. Points de rencontre des agresseurs et des victimes Attachement distordu

    Adapté Centré sur ses besoins Hyper- sexualisé Vulnérable Prise de risques Résilient Agresseurs Jeune Profil Psychologique Attachement/vulnerabilité Désinhibition/régulation Contexte & facteurs de protection
  46. 3. Dimensions du risque

  47. Un modèle multidimensionnel de risque Déviance sexuelle Criminalité Générale Intimité/Détachement

  48. Dimension peu couverte par les recherches actuelles Intimité/Détachement

  49. Babchshin, Hanson et al. (2010) Meta-analyse Online Off-line Age 39

    44 Victimisation violente 24% 41% > Victimisation sexuelle 21% 33% > Abus/dépenden ce substance 16%
  50. Seto et al. (2011) Meta-analyse Récidive sexuelle online Off-line 4,8%

    13% 55% ont eu contact avec la victime
  51. Babchishin et al. (2015) Méta-analyse Les délinquants sexuels online «

    only » diffèrent des agresseurs sexuels avec contact et des délinquants sexuels « mixtes ». Ceux qui commettent leurs délits en ligne et hors ligne semblent constitue un groupe à haut risque. Les cyberdélinquants sexuels possèdent plus de barrières psychologiques à commettre des infractions sexuelles avec contact. Ils présentent notamment moins de tendances antisociales, plus d’empathie envers les victimes et plus de contrôle de soi
  52. None
  53. Jones, L. & Finkelhor, D. 2007. Updated trends in child

    maltreatment, 2007. Durham, N.H.: Crimes against children research center, University of New Hampshire
  54. 4. Variables psychologiques

  55. None
  56. Méthodologie: Variables psychologiques • Ex: Elliot Beech et al. (2009)

    • Empathie, distorsions cognitives, locus of control, impulsivité
  57. Méthodologie: Variables psychologiques à sonder • Diagnostic Axe-I (ex: Mini

    International Neuropsychiatric Interview, Sheenan & Lecrubier) • Troubles de personnalité: ex: SCID-II, DSM-IV (traduction Cottraux & Cottraux) • Dépression : BDI (Beck Depression Inventory) • Anxiété : State-Trait Anxiety Inventory, Spielberger) • Addiction/préoccupations sexuelles (Carnes)
  58. None
  59. None
  60. None
  61. 5. Besoins de recherche continue

  62. Programmes de prévention (Safety programs) • Quand on a la

    vertu de son côté, pourquoi évaluer ? • Nombreux mais peu évalués • Sécuritaire est moins sympathique que la prévention • Quelles sont les incidences spécifiques des stratégies de prévention spécifiques? • Eviter la dissémination des programmes non efficaces, fondés sur choix sociaux/moraux/préjugés (empathie)
  63. Besoins de recherche sur réseaux larges • Peu de recul

    car nouveauté de la bulle internet • Réseaux sociaux/macro-sociaux • Collaboration internationale nécessaire en relation avec la puissance des opérateurs (Facebook) • Collaboration avec le terrain pour établir une base de données recherche-pratique
  64. Implications

  65. Eléments en ligne Interaction agresseur – ordinateur – jeune Enfants

    et jeunes en ligne Réseaux sociaux/ Technologies “Groomer” Réseaux, Utilisation d’images d’abus d’enfants
  66. Réflexions pour le groupe.... § Un problème de santé public

    qui requière une réponse flexible et multi-disciplinaire: Gérer le grooming en ligne Mettre en place des programmes de sécurité Prise de conscience des parents et des éducateurs Environnement en ligne sécurisant Intervention et mesure du risque au niveau des agresseurs
  67. None
  68. None
  69. Rencontres et grooming en ligne. Comment protéger mon enfant ?

    Les jeunes aiment faire de nouvelles expériences – sur Internet également – et ne connaissent pas toujours leurs limites. Ils peuvent ainsi, sans s’en rendre compte, être victimes de grooming. Les rencontres en ligne ne sont pas non plus toujours innocentes. La prudence est donc de mise quand on noue des contacts avec des inconnus sur le web. Mais en tant que parent, comment réagir si un problème survient ? Qu’est-ce que le grooming ? Le grooming désigne la stratégie de sollicitation d’un mineur par un adulte, qui s’efforce d’affaiblir la résistance et les inhibitions du jeune à des fins sexuelles. Après avoir gagné sa confiance, le groomer demande au jeune d’envoyer des photos de lui (partiellement) nu et s’en sert ensuite pour tenter de le manipuler et de l’abuser sexuellement. L’abus sexuel peut aussi bien se dérouler en ligne (via une webcam, une session de chat, un mail…) que hors ligne (lors d’une rencontre réelle). Le grooming est-il passible de poursuites ? Depuis peu, le grooming est désigné comme un fait passible de poursuites dans le Code pénal, même s’il se produit uniquement en ligne. D’autres faits qui accompagnent souvent le grooming, tels que le harcèlement, l’attentat à la pudeur et l’outrage aux bonnes mœurs, sont également repris dans une disposition du Code pénal et sont dès lors condamnables. Le fait de (faire) réaliser des images à caractère sexuel de mineurs relève de la législation applicable en matière de pornographie enfantine.
  70. Que faire si votre enfant est victime de grooming ?

    La victime de grooming ou un de ses proches peut déposer plainte auprès de la police locale. Pour que la police puisse enquêter, il est important de fournir des preuves matérielles : échanges d’e-mails, sessions de chat avec mention de la date et de l’heure, SMS, photos… Il ne faut certainement pas sous-estimer les conséquences psychologiques du grooming. Outre la souffrance liée à l’abus physique, la confiance et l’assurance du jeune sont souvent fortement ébranlés. Une aide psychologique peut donc s’avérer nécessaire. N’hésitez pas à contacter Child Focus si vous avez des questions sur le grooming ou si vous y êtes confrontés. Nous sommes là pour vous aider ! Les jeunes et les rencontres en ligne Les adolescents qui connaissent leurs premiers émois amoureux aiment souvent se livrer à de nouvelles expériences, en ligne comme dans la vie réelle. Il s’agit là d’une attitude tout à fait normale! Les réseaux sociaux ou les applications de rencontres en ligne (Tinder par ex.) leur permettent d’entrer en contact avec un nouvel amour potentiel. Ces échanges en ligne excitants font partie du processus d’expérimentation propre à votre enfant. Convenir d’un rendez-vous avec un parfait inconnu n’est bien sûr pas une bonne idée, mais prenez la peine de parcourir les conseils ci-dessous. Ils peuvent vous aider à éclairer votre enfant, de façon positive, sur les précautions à prendre en matière de rencontres en ligne. Lisez également ici comment bien faire de nouvelles rencontres en ligne.
  71. 7. Conclusions . Méthodologie . Dimensions du risque . Variables

    psychologiques . Besoins de recherche continue
  72. Further Information § www.european-online-grooming-project.com § http://ec.europa.eu/information_society/activities/sip/ind ex_en.htm Project Contacts: §

    s.webster@natcen.ac.uk; j.davidson@kingston.ac.uk; antonia.bifulco@kingston.ac.uk; vincenzocaretti@tiscali.it; petter.gottschalk@bi.no; § Thierry.pham@Umons.ac.be
  73. Thierry.pham@Umons.ac.be